J'enrage, je viens de perdre l'article que j'avais pris soin d'écrire, avec des paragraphes pour aérer le texte, comme recommandé par les blogueuses, découvertes sur Pinterest ! J'avais pris une heure sur mon précieux temps de Mompreneure, expression de Stéphanie Benlemselmi, http://stephaniebenlemselmi.com, pour livrer quelques unes de mes réflexions sur les joies du mercredi en compagnie  de mon diablotin petit dernier ! 

J'avais pris la résolution d'écrire sur ce blog tous les mercredi matin à partir de 7h00, pour me soulager, pour livrer mon humeur, pour me faire rire en me prenant pour une pseudo blogueuse, pour avoir un minime espoir d'être lue. J'y parlais de mes magazines préférés, Happinez, Flow, Simple Things, Calme, Respire ou encore Open Mind, dans lesquels je pioche de bonnes idées pour vivre plus sereinement... toutes ces bonnes choses que je rêverai de mettre en application, comme la gratitude, la bienveillance, le yoga, le jogging en douceur, oui, il paraît que ça existe, l'écriture matinale ou du soir sur des carnets plus beaux les uns que les autres, qui me ressemblent, avec du rose, du bleu, du vert... des papillons, des fées, des fleurs... bref, le peu de reste de ma vie de jeune fille, d'adolescente sans crise, de petite fille joyeuse.

Il est maintenant beaucoup plus tard que le temps initialement imparti. Mais je poursuis pour une fois car j'ai voulu l'écrire cet article pour vous raconter que le mercredi n'est pas ma journée préférée, que j'attends avec impatience le jeudi pour me replonger dans le projet de création de ma petite entreprise, seule comme une grande fille que je suis désormais !  Seule malgré les difficultés, des petits "rien", qui me chagrinent, me retardent dans mes prévisions, pas des difficultés de l'autre bout du monde, pas de morts d'hommes, pas de séisme ou d'ouragan, juste des petits trucs du quotidien, qui peuvent vite devenir une montagne et la montagne justement, elle est devant moi, comme tous les mercredis.

Que faire avec mon énergumène ? Comment supporter une fois de plus ses crises, ses sautes d'humeur, parfois à la hauteur des miennes, la séance des devoirs à n'en plus finir, la télé et les meuglements qui en sortent, la musique trop forte dans sa chambre, un peu plus tard quand j'aurai finalement craqué et que je l'y aurais envoyé manu militari, la sortie hebdomadaire à la bibliothèque pour m'entendre dire à peine cinq minutes après notre arrivée qu'il veut déjà rentrer à la maison ou qu'il a envie de caca, les courses, le monde, le bruit et lui qui charge le chariot en maître de maison, le ménage, un peu, les repas, midi et soir... et Moi dans tout ça ? Je doute de mes capacités à être une bonne mère, même les gâteaux, je n'aime pas les faire ! Alors, oui, je le revendique, "À bas le mercredi et vive le jeudi".